Nous ne vaccinons pas les mineurs de moins de 18 ans

Oméga 6, oméga 3, graisses trans, saturées, polyinsaturées… C’est quoi la différence Docteur ?!

 

Au cœur de nos apports alimentaires, l’équilibre des graisses est si important dans la genèse, la consolidation et la progression de nombreuses pathologies, que la prévention, les consultations et mesures diététiques sont primordiales.

Trop souvent, les bilans biologiques et les conseils a posteriori s’orientent autour du cholestérol. Néanmoins, les propos de cet article ne sont pas là pour le dédramatiser, mais pour faire comprendre combien un bon équilibre des graisses va au-delà du seul rapport LDL/HDL !

 

Ne pas diaboliser les graisses
Déjà, disons qu’il ne faut pas diaboliser les graisses, car nous en avons besoin. Besoin pour notre énergie, pour la structure même de toutes nos enveloppes cellulaires, mais également sur le plan fonctionnel. En effet, c’est à partir d’elles que nous pouvons parfois synthétiser des substances inflammatoires, mais aussi leurs alliés anti-inflammatoires, ou bien encore fabriquer des molécules impliquées dans de très nombreuses régulations. Enfin, elles nous servent à transporter les vitamines liposolubles (A, D, E et K) et représentent tout de même environ 50 % du poids de notre cerveau !

 

Quand on parle des graisses, il est difficile de ne pas parler chimie et c’est bien là tout le paradoxe. Comment populariser un discours scientifique et faire passer un message éducatif sans forcément décrypter les abréviations complexes des étiquetages alimentaires ?
Je reconnais que c’est un exercice difficile, et entre le discours du professionnel de santé qui veut bien faire à travers ses recommandations, ce que je vais retenir et ce que je mettrai en place, il y a souvent un profond décalage. Ainsi, je vais essayer d’être le plus concret possible et de mettre de côté les termes scientifiques qui nuisent aux bonnes résolutions.

 

Un équilibre nécessaire

L’équilibre des graisses, ou acides gras (AG), doit surtout être qualitatif et naturel.

 

Les acides gras trans

Disons haut et fort que les procédés technologiques dénaturent souvent certains AG, les rendant néfastes pour la santé générale et cardiovasculaire, en particulier car ils sont pro-inflammatoires et peu exploitables par nos cellules. C’est ce que nous nommons les AG trans. Plus vous irez chercher de la naturalité, moins vous aurez l’occasion d’apporter cette famille trans que l’on retrouve surtout (pour les plus mauvais) dans les produits industriels transformés.
La nature a ses règles et l’une des règles fondamentales des AG est que pour les transformer, il faut des petites mains (enzymes) et que ces petites mains ne sont pas extensives. Ainsi, si vous apportez trop d’une famille d’AG, toutes les ouvrières se dirigeront vers cette tâche, au détriment des autres familles. Cette compétitivité explique que même en apportant de bonnes graisses, on ne profite pas de leur quintessence, car le flot des mauvaises les submerge. Ainsi, en France, on apporte collectivement 4 à 5 fois trop de mauvaises au détriment des bonnes.

 

Balance oméga 6/oméga 3

Nous parlons souvent dans les pages de PharmaVie, et la presse en général en fait état aussi, de la balance oméga 6/oméga 3. Plus elle est haute, et plus les problèmes cardiovasculaires, inflammatoires, d’insulinorésistance, de surpoids, de troubles du sommeil, de douleurs, de sécheresse oculaire… s’amplifient. Il n’y a pas un domaine où le déséquilibre ne soit pas montré du doigt. Alors, pour mettre toutes les chances de son côté, il faut freiner l’excès d’apports en graisses animales, surtout porcines et bovines, baisser l’abondance des huiles comme tournesol, pépins de raisin, maïs, arachide… et privilégier les poissons gras, les huiles comme le colza, le lin, la caméline… et les graines et oléagineux suivants : chia, lin, noix. Un bon jaune d’œuf de poules élevées en plein air, et dont l’alimentation est enrichie en lin, fera l’affaire aussi !

L’huile d’olive, quant à elle, est mise à part, car si sa balance est négative, elle apporte pourtant une autre famille d’AG, essentielle sur le plan cardiovasculaire et cérébral en particulier. C’est la raison pour laquelle elle est reconnue comme ingrédient de santé publique dans le fameux régime méditerranéen. De qualité supérieure, elle vous offrira tout ce que la nature a de plus beau à travers ses polyphénols comme l’hydroxytyrosol et l’oleuropéine par exemple, ainsi que de la vitamine E et des caroténoïdes, qui sont protecteurs.

 

Lutter contre l’inflammation

Il est important de savoir que lorsque l’on a opté pour de meilleurs choix de graisses, on a aussi gagné la principale bataille, celle de l’inflammation. Cette inflammation que votre médecin visualise lors d’une crise d’arthrose ou d’une infection. Mais c’est surtout une inflammation plus sournoise, plus chronique que ces déséquilibres entretiennent. C’est ce que l’on nomme l’inflammation de bas grade, celle qui nourrit à bas bruit les pathologies décrites plus haut et qui s’avère plus dommageable pour nos tissus à moyen et long terme.
Après l’inflammation, un meilleur équilibre qualitatif des AG sera profitable à vos artères, votre immunité, votre énergie, vos douleurs, vos hormones, votre capacité à contrôler et réparer vos cellules abîmées, votre équilibre cérébral, votre peau, vos muqueuses, votre vue… En résumé, votre dynamisme cellulaire au sens large.

 

Si les principales analyses ne reflètent pas précisément ce statut en AG, cette fameuse balance oméga 6/oméga 3, il est parfois difficile de prendre conscience de nos propres dérives. Compte tenu de vos pathologies, de votre âge, de votre hygiène alimentaire, de vos déséquilibres (ils sont mesurés antérieurement chez un très grand nombre d’individus lors d’études nutritionnelles), investir dans une huile de table qualitative, sélectionner des produits riches en oméga 3 seront déjà un premier socle de bonnes résolutions à mettre en place dans ce domaine.

 

Nous avons besoin de gras, mais de bon gras ! Votre cœur, vos artères, votre cerveau, vos articulations, votre pancréas… vous remercient par avance !

 

Pascal Guerit
Docteur en Pharmacie
DU Diététique et nutrition

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de toutes nos fonctionnalités !

Besoin d'un conseil ?